histoires et présent des moulins

le passé et l'actualité des moulins, leurs temps et sociétés

Le moulin de Villard-Loubière

Depuis le Moyen-Âge, de nombreux moulins à farine ont été créés dans les régions de montagne. Construits et rénovés (au XIXe siècle notamment), on les retrouve sur le bord des rivières ou des torrents, dotés d’une caractéristique commune les uns aux autres : une roue horizontale, fonctionnant avec la force du courant pour la mise en route du mécanisme destiné à la transformation de céréales en farine ou des noix et noisettes en huile.

Dans le Valgaudemar, malgré l’éloignement des voies de communication, une série de moulins a vu le jour autrefois dans les différents hameaux. Avant le XVIIIe siècle, on en comptait près de six (dont 2 à La Chapelle). Puis le phénomène s’est amplifié de 1800 à 1880 avec la présence de 23 moulins dont 11 créations à l’époque. Ils se situaient à Saint-Firmin (6 moulins), à Saint Jacques (3), Saint Maurice (4), Villar-Loubière (3) et La Chapelle (6).

Avec le développement des moyens de locomotion ou l’aménagement des routes, les moulins du Valgaudemar ont progressivement disparu, les habitants des localités préférant porter leur grain à moudre (noix ou noisettes) à la minoterie de Saint-Firmin, ou acheter leur pain au boulanger lors de son passage en voiture. Lieu de rencontres des gens du village comme l’était aussi le four banal ou le lavoir pour les femmes, le moulin et son meunier ont réduit leurs activités face à cette diminution de la demande en farine et donc en pain. Un pain que chaque famille pétrissait puis cuisait au four banal, à partir d’une farine de méteil (moitié seigle, moitié froment, additionné de levain).

villardlou

Le moulin Bellon de Villard-Loubière est le seul moulin en état et visible à nous jours du Valgaudemar, grâce à une acquisition opérée pour sa restauration en 1979 par la commune avec l’aide du Musée Dauphinois et du Parc National des Écrins. L’association Loi 1901 Moulin, patrimoine et culture en Haut-Valgaudemar, a eu un rôle essentiel dans le projet de restauration et mise en valeur de ce patrimoine local. Son objet est l’étude, la sauvegarde, la mise en valeur et l’exploitation du patrimoine technique, artistique et culturel de Villard-Loubière, spécialement du musée installé au moulin hydraulique communal.

Construit en 1838, ce moulin fonctionnant à la force hydraulique d’un canal, servait à broyer le grain (farine), les noix et les noisettes (huile). Le toit est recouvert de chaume, matériau utilisé autrefois pour les couvertures. Le moulin a été restauré en 1979 (le toit en 2000) par la commune, le Parc National des Écrins et le Musée Dauphinois.

refection de la toiture en chaume

réfection de la toiture en chaume

villardlou_4

Il s’agit d’un moulin se servant de la force hydraulique d’un torrent pour faire actionner ses deux meules à farine et son broyeur à noix.

Plusieurs fois séculaire, le moulin a été́ conservé dans le parfait état de sa curieuse roue horizontale. Il fonctionnait d’ailleurs encore commercialement il y a une cinquantaine d’années.

Ce moulin servait à̀ broyer le grain (farine), les noix et les noisettes (huile). Le bâtiment, couvert en chaume, date du 2e quart du XIXe siècle. Il appartenait à̀ une famille Bellon, il a été cédé en 1978 au parc national des Écrins. L’équipement était constitué́ de trois roues horizontales avec chenaux en bois depuis le canal, la première pour la meule à̀ huile, la seconde pour l’alimentation animale et la troisième pour la farine ; une quatrième roue verticale, aujourd’hui réduite à son axe, actionnait un blutoir. Le moulin dispose de sa meule à̀ huile verticale pivotant sur un cuvier de granit portant la date 1838, de son chauffoir, de presses à vis (dont une à cabestan), de deux paires de meules à̀ farines avec la potence de levage et un blutoir.

villardlou_3

Les 23 et 24 juillet, on fête, comme chaque été, ce « Moulin du monde alpin ».

Le bâtiment est inscrit aux monuments historiques. Le moulin se visite et l’on peut apprécier son rôle social, lieu de rencontre quotidienne entre gens de la vallée.

Plus d’information